Voitures anciennes : Une histoire de famille chez les Turcotte

Photo de Isabelle Laramee
Par Isabelle Laramee
Voitures anciennes : Une histoire de famille chez les Turcotte
Benoit Turcotte, Huguette Blanchette et Dave Turcotte. (Photo : Photo gracieuseté)

Portrait. La passion pour les voitures anciennes est omniprésente chez les Turcotte. Benoit Turcotte, l’homme derrière l’événement Saint-Jean sur roues, a restauré pas moins de 100 automobiles de collection. Certaines avec son fils Dave Turcotte, qui est le fier propriétaire d’une Plymouth Fury II 1969. Une histoire sur deux générations qui a laissé bien des anecdotes dans son sillage.

La mère de Dave Turcotte, Huguette Blanchette, est arrivée à l’hôpital pour donner naissance à son garçon en Cadillac. Elle est repartie à bord d’une Duster. Sa voiture avait été vendue entretemps. Depuis, dit-on, il y a toujours dans la maisonnée une blague à propos des Cadillac qui ne traînent pas loin.

«J’ai commencé à jouer avec la mécanique automobile à l’âge de 15 ans, se souvient Benoit Turcotte, qui possède le garage Auto 223, sur le chemin des Patriotes. J’ai toujours aimé les autos et les motos et j’aime les voir se transformer. À la fin, souvent, on est surpris du résultat!»

De belles voitures de collection, il en a quelques-unes dans sa cour. Une Dodge Coronet 1967, une Plymouth Satellite Station Wagon 1970 et une Plymouth Roadrunner 1969, pour ne nommer que celles-là.

De père en fils

Cette passion, Benoit Turcotte l’a transmise à son fils. Du plus loin que celui-ci se souvienne, les automobiles ont toujours été un élément central dans leur vie. «J’ai passé tous les étés de mon enfance à faire le tour des expositions de voitures anciennes avec mon père», se souvient Dave Turcotte.

Sa Plymouth Fury en restauration, il l’a d’ailleurs conduite alors qu’il était enfant. «Mon père en avait une orange brulé! Je m’étais tellement attaché à cette voiture que j’ai pleuré quand elle est partie! Pourtant, ce n’était pas la plus belle! Ç’a toujours été le running gag de la famille. Quand il en a retrouvé une, j’en ai acheté deux, soit une pour les pièces et l’autre pour la restaurer. Depuis, on travaille à temps perdu!»

ilaramee@canadafrancais.com

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires