Récit du voyage d’une rose depuis l’Équateur

Récit du voyage d’une rose depuis l’Équateur

Vous êtes-vous déjà demandé en combien de temps une rose provenant des fermes de l’Équateur peut se rendre jusqu’à mon magasin à Saint-Jean-sur-Richelieu? Je la laisse vous faire savoir comment cela se passe.

Je suis tout d’abord née d’une bouture, greffée à un autre plant afin que je devienne encore plus belle et plus résistante. Après huit à dix semaines pendant lesquelles j’ai poussé, on coupe ma tige. À partir de ce moment, on me classe selon des critères précis : ma longueur, ma couleur, ma forme, le nombre de mes pétales. Très vite, on m’assemble avec d’autres roses de même calibre. On nous entoure de carton étiqueté à notre nom et de papier. Nous sommes mises dans des boîtes et on nous place dans des espaces réfrigérés.

Je prends ainsi l’avion vers Miami, vol qui dure 6 heures. Au loin, j’entends de la musique et des paroles. Une fois atterrie en Floride, je n’ai pas le temps de voir la mer et ses plages. Nous passons les douanes pour une vérification physique des fleurs,  accompagnées des certificats phytosanitaires. Je reprends donc la voie des airs vers Montréal puis celle de la terre vers un entrepôt. En tout, je passe de 1 à 2 jours en voyage.

Arrivées sur les lieux, j’entends parler de contrôles de température et de qualité. Il y a un inventaire qui se fait et nous sommes redistribuées à différents grossistes après environ 2 jours. Très vite, je repars sur la route vers mon fleuriste préféré et là, on me modifie pour plusieurs raisons. On me sort de la boîte et on me met à l’eau. On va ensuite me préparer pour être déposée dans un vase de chez Jean en enlevant mes épines puis mes feuilles superflues le long de ma tige. Après un petit coup de biseautage, on me déposera dans une délicieuse eau tiède dans laquelle je commencerai à m’épanouir. Avec d’autres roses, je serai placée dans le magasin où on me choisira.

Heureuse ou triste, j’ai fait un long parcours d’une dizaine de jours et le prix du voyage Montréal-Équateur est trop élevé (environ 800$) pour que j’y retourne. Au magasin, mon prix varie entre 6 et 10 dollars canadiens. C’est maintenant à votre tour de prendre soin de moi!

 

Jean Guillet
Fleurs Jean Guillet

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des