24 juin 1910 – Fondation d’Alfa -Roméo

Photo de Benoit Charette
Par Benoit Charette
24 juin 1910 – Fondation d’Alfa -Roméo

Issu d’une famille modeste de la région de Naples, Nicolas Romeo se montre doué dans les matières scientifiques. En 1899, à 23 ans, il obtient un premier diplôme d’ingénieur à l’école Polytechnique de Naples et s’inscrit dans un programme d’électrotechnique à l’Université de Liège, en Belgique. À la fin de ses études, en 1902, il s’installe à Milan pour y commencer sa carrière de représentant pour une compagnie belge de machinerie d’outils.

En 1906, un industriel du monde automobile français, Alexandre Darracq, fonde pour sa part la Societa Anonyma Italiana à Naples dans le but de vendre ses voitures françaises en Italie. Il s’installe toutefois à Milan, y fait construire une usine dernier cri, mais les Italiens n’aiment pas ses voitures. La même année, Nicolas Romeo fonde une société de fabrication et de vente d’outillage pour l’industrie minière, la Ing Nicolas Romeo e Co. En 1909, Darracq est prêt à liquider sa compagnie et un petit groupe d’hommes d’affaires Lombard rachète ses parts pour 500000 lires (environ 400$). Ils fondent quelques mois plus tard, le 24 juin 1910, l’Anonima Lombarda Fabbrica Automobili, en l’occurrence, ALFA. La production d’ALFA se met en marche en 1911 à l’usine de Portello construite par Darracq. On produit environ 200 véhicules par année. La Première Guerre mondiale met fin à la production de voitures et Nicolas Romeo rachète l’usine pour fabriquer du matériel militaire.

En 1918, à la fin du conflit, l’entreprise change de nom et s’appelle Societa Anoma Ing Nicolas Romeo e Co. Romeo devient offi- ciellement propriétaire de l’usine de Portello. Il doit toutefois faire face à des coûts très élevés pour reconvertir cette usine militaire en usine de voitures, et ceci en pleine crise économique. Cependant, il réussit pour bientôt subir un procès. Les anciens propriétaires, en effet, voulaient absolument doter du nom d’ALFA les nouveaux modèles de voitures devant prendre la route. Nicolas Romeo utilise plus d’une centaine de voitures en attente d’assemblage depuis 1914 pour recommencer la production des nouvelles voitures qui allaient dès 1920 porter le nom d’Alfa Romeo. Le premier modèle, achevé sous la supervision de l’ingénieur Vittorio Jano, est l’Alfa Romeo Torpedo 20-30 HP ES. En 1923, cette marque lance le quadrifoglio vert, le trèfle à quatre feuilles, toujours emblématique d’Alfa Romeo et de toutes ses activités sportives. Il orne également les voitures les plus sportives comme la nouvelle Giulia quadrifoglio 2017.

Cependant, la société traverse une grave crise financière en raison de la faillite de la Banca Italiana di Sconto, établissement privé détenant la majorité du capital. Romeo est forcé de quitter l’entreprise en 1928 à la suite d’une mésentente au sujet de l’orientation de la compagnie avec ses associés. L’année suivante, il est nommé sénateur du Royaume d’Italie. Romeo se retire dans sa résidence de Magreglio, sur les bords du lac de Côme, dans le nord de l’Italie. Il s’y éteint le 15 août 1938 à l’âge de 62 ans. Son épouse, d’origine portugaise, lui a donné sept enfants: Maurizio, Edouardo, Nicola, Elena, Giulietta, Piera et Irene.

Après s’être fait connaître dans le monde de la course automobile, et après ce décès, Alfa Romeo continue de briller. La marque gagne en notoriété avec des pilotes légendaires comme Antonio Ascari, Giuseppe Campari, et un certain Enzo Ferrari qui dirige la Scuderia Ferrari pour Alfa Romeo avant de se lancer à son compte. Alfa Romeo appartient depuis 1986 à Fiat.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des