LEADERSHIP RENOUVELÉ AU SEIN DE L’ARMÉE; LE RÔLE DE L’INSTITUT OSSIDE

LEADERSHIP RENOUVELÉ AU SEIN DE L’ARMÉE; LE RÔLE DE L’INSTITUT OSSIDE

Entrer dans le bureau du Major Daniel Legault, c’est entrer dans la mémoire d’un combattant. Son pistolet de l’époque où il servait dans l’unité antiterroriste est maintenant soudé et encadré au mur. Notre regard est ensuite attiré vers cette photo de la troupe prise après avoir sauté en parachute en compagnie de Georges St-Pierre, ce champion d’arts martiaux mixtes.

Après avoir servi pendant 39 ans, dont plusieurs années dans le Royal 22e  Régiment (premier bataillon canadien-français de l’armée canadienne), dans l’unité antiterroriste et dans les forces spéciales, le Major Legault a une nouvelle mission. « J’avais envie de redonner aux Forces armées canadiennes (FAC) », dit celui qui est maintenant commandant de l’Institut de la profession des armes Adjudant-chef Robert-Osside.

Une formation unique au Canada
L’Institut Osside fait partie du Collège militaire royal de Saint-Jean (CMR Saint-Jean) depuis 2014. Le CMR Saint-Jean est le seul collège militaire au Canada à offrir une éducation militaire professionnelle aux membres du rang, c’est-à-dire des sous-officiers qui ont un grade de sergent ou plus élevé. Les militaires qui suivent ce perfectionnement sont à une étape importante de leur carrière et proviennent des quatre éléments : marine, armée de terre, force aérienne et forces spéciales.

Leadership militaire et milléniaux
« Le leadership, c’est important dans toutes les organisations. Ça forge une culture éthique, un environnement dans lequel on veut travailler, respectueux et professionnel », explique le Major Legault. Dans la formation de ces dirigeants, il est aussi question d’intelligence émotionnelle. « On veut aider nos leaders à mieux se connaître, à être à l’écoute des autres et à évaluer leur niveau d’empathie », un virage qu’il confirme.

La formation est pensée pour favoriser les échanges entre les participants. « Le premier jour, je demande aux apprenants de s’habiller en civil », raconte le Major Legault. « Il faut éviter ce biais inconscient que nous avons face aux différents uniformes et décorations. Ça évite de se sentir intimidé ou d’avoir l’impression qu’on ne sera pas pris au sérieux. »

L’Armée canadienne désire aussi s’adapter à l’arrivée des milléniaux. « Les jeunes sont allumés, ont une bonne connaissance générale et une soif de leadership », constate le Major Legault. Selon lui, la différence aujourd’hui c’est « qu’ils veulent comprendre l’intention, le raisonnement derrière les décisions. Il faut donc expliquer davantage. »

Retombée pour la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu
Si une partie de la formation se fait à distance, les apprenants passent tout de même trois semaines en résidence sur le site du CMR Saint-Jean. Il y a donc en permanence près d’une centaine de nouveaux visiteurs de partout au Canada qui peuvent découvrir, les soirs et les fins de semaine, la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

En quittant le bureau du Major Legault, il y a une photo sur laquelle on le voit descendre en rappel depuis un hélicoptère pour atterrir sur un sous-marin en pleine mer. Assurément, il a encore plusieurs expériences inspirantes à partager avec les apprenants de l’Institut Osside.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des