Des espaces verts qui respectent la biodiversité

Photo de Valerie Legault
Par Valerie Legault
Des espaces verts qui respectent la biodiversité
Le parc du Domaine-de-Beauchamp, situé à l'angle des rues Champlain et Lesieur, fait partie du projet-pilote. (Photo : Le Canada Français ‒ Jessyca Viens-Gaboriau)

Neuf espaces verts municipaux feront l’objet d’un projet-pilote de gestion écologique de la végétation cet été. La création de ces espaces de biodiversité se veut une mesure d’adaptation aux changements climatiques, respectueuse de l’humain, de l’environnement et des ressources, qui permettra d’enrichir notre milieu de vie d’une nature mieux équilibrée et de paysages plus diversifiés.

Actuellement, les espaces verts sont presque exclusivement composés de gazon subissant une tonte mécanique régulière. Cette pratique appauvrit les sols, les rendent moins utiles pour la faune et la flore et favorise la présence d’espèces invasives telles que l’herbe à poux.

L’approche de gestion écologique consiste à laisser la nature reprendre ses droits en n’entretenant le terrain pas plus que nécessaire, selon le contexte du site, sa catégorie et sa fonction dans le tissu urbain.

L’entretien des espaces verts suivants sera donc adapté selon des catégories classées de 1 à 4, préconisant dans la majorité des cas deux tontes aux trois semaines pour les espaces de catégorie 2, et de une à trois tontes par saison pour ceux de la catégorie 3.

Où?

Les endroits ciblés dont les suivants: le chemin Saint-André, à partir du boulevard Saint-Luc, près de la piste cyclable; l’espace vert à l’ouest de la bibliothèque Saint-Luc, près de la rue Léger; le parc du Domaine-de-Beauchamp (derrière le Canadian Tire); la rue Bernier, face à Gagnon, la grande quincaillerie; l’espace vert du Domaine Trinity, entre la rue McGinnis et le cimetière; celui près du stationnement du parc Goyette, à l’angle des rues Bellerive et Bessette; le réservoir Landry, entre les rues Bellerive et Monast; le terre-plein de la rue Laurier, entre la voie ferrée et la rue Saint-Paul, ainsi que celui du boulevard de Normandie, entre les rues Saint-Michel et Latour.

En plus d’entraîner la réduction des coûts d’entretien, ce projet-pilote participera à la lutte aux changements climatiques en diminuant les îlots de chaleur. Il favorisera l’infiltration de l’eau, ce qui aura pour effet d’alléger le réseau d’égout pluvial de permettre la séquestration du carbone. Toutes ces actions sont en cohérence avec le plan de conservation des milieux naturels et les objectifs collectifs de verdissement de la Ville. Consultez ce lien pour en savoir plus.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des