Le Bingo communautaire lance un cri du coeur

Photo de Valerie Legault
Par Valerie Legault
Le Bingo communautaire lance un cri du coeur
La vaste salle de bingo du boulevard Saint-Joseph peut accueillir 150 joueurs à la fois, même avec une distance de deux mètres aux tables. (Photo : Le Canada Français ‒ Laurianne Gervais-Courchesne)

Le Bingo communautaire Haut-Richelieu désespère de voir rouvrir sa salle sur le boulevard Saint-Joseph. Les six organismes qui profitent de ses retombées sont privés de revenus importants, tandis que les joueurs piaffent d’impatience pour retourner y jouer aussitôt que possible.

La salle de bingo est fermée depuis le 15 mars. Dix-huit employés se sont retrouvés au chômage du jour au lendemain.

Ses organismes propriétaires, soit la Maison Hina, la Société Nationale des Québécois Richelieu Saint-Laurent, l’Association sportive de Saint-Luc, Action jeunes Saint-Luc, la Société luçoise des personnes handicapées actives et l’Association des handicapés de Saint-Luc ont besoin d’argent pour servir leur communauté et réaliser leur mission.

Chacun d’entre eux reçoit près de 50 000$ par année. La salle leur a rapporté plus de 2 M$ depuis son ouverture, en 2013.

En moyenne, 180 personnes fréquentent le bingo à chacune des neuf périodes de jeu de la semaine. Cela représente 460 activités de bingo par année à une clientèle fidèle, dont la moyenne d’âge dépasse 60 ans.

Plusieurs appels

Plusieurs joueurs se demandent pourquoi ils ne peuvent toujours pas jouer. Le président du Bingo communautaire Haut-Richelieu, Christian Haché, reçoit plusieurs appels par jour à ce sujet.

«Je comprends qu’il faut faire attention à cause de la pandémie, mais notre salle est prête. Même en respectant une distance de deux mètres, nous pouvons accueillir 150 personnes à la fois dans notre salle de 14 000 pieds carrés. Ça a été très facile à aménager, dit-il. Avant le 15 mars, on avait déjà un protocole de désinfection des tables entre chaque jeu.»

Au nom de la santé mentale de sa clientèle, il lance un cri du cœur au premier ministre François Legault. «Nos clients ont un besoin urgent de sortir de leur maison, de se distraire. Le fait de se rencontrer et venir jouer au bingo serait pour eux une délivrance et un plaisir très attendu», affirme le président de Bingo communautaire Haut-Richelieu.

M. Haché aimerait bien donner une date de réouverture à sa clientèle. Les salles de bingo ne semblent pas faire partie des priorités du gouvernement. Toujours aucun signal n’a été lancé.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des