HISTOIRE DE LA FÊTE DU TRAVAIL

HISTOIRE DE LA FÊTE DU TRAVAIL

Chaque premier lundi de septembre, la plupart d’entre nous bénéficions d’un congé pour la fête du Travail. Cela fait plus de 100 ans qu’il en est ainsi. Apprenons-en plus sur cette tradition nord-américaine.

La date, le premier lundi de septembre, est fixée en 1882 par des syndicats ouvriers américains. La raison est simple. Ce congé tombe entre le congé du 4 juillet, jour de l’indépendance, et celui de Thanksgiving. Les syndicats canadiens emboîtent le pas par la suite. La journée sert à réunir les ouvriers qui revendiquent de meilleures conditions. Elle se transforme peu à peu en fête, et le côté manifestation perd de son importance.

En 1886, la fête du Travail est célébrée pour la première fois dans les rues de Montréal. La journée est marquée par un grand défilé, des discours et des activités sportives de toutes sortes.

En 1894, le gouvernement fédéral déclare le premier lundi de septembre comme un jour férié. Saint-Jean, qui possède son lot d’usines, a une population fortement ouvrière. Cependant, la fête du Travail n’est que rarement célébrée. On trouve une première trace d’un défilé en 1906. Or, en 1910, le journal Le Canada Français mentionne que les Johannais se sont rendus à Montréal pour festoyer, alors que rien n’avait été planifié à Saint-Jean.

En 1912, plusieurs milliers de personnes assistent aux célébrations. Les officiers des principaux syndicats dînent à l’Hôtel Saint-Jean. Arrivant par le train de 14h30, le premier ministre Lomer Gouin se joint même à la fête. Il y prononce un discours dans lequel il souligne l’arrivée prochaine d’un pont sans péage dans notre ville.

Après la Deuxième Guerre mondiale, les célébrations perdent en popularité. La démocratisation des véhicules à moteur fait en sorte que les gens profitent de la longue fin de semaine pour quitter la ville et passer du temps en famille. À Montréal, le grand défilé de la fête du Travail est abandonné en 1953. Du côté de Saint-Jean, on trouve quelques traces de célébrations jusqu’en 1957.

De nos jours, on profite de la longue fin de semaine pour se reposer avant le début de l’année et le retour du temps froid. Cette année, encouragez une entreprise locale pour la remercier de son travail et de sa présence durant ces temps incertains.

Défilé pour la fête du Travail, 5 septembre 1921
Succession Madeleine Toupin, Collection Musée du Haut-Richelieu

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des