Une trentaine de volontaires s’attaquent au nerprun

Une trentaine de volontaires s’attaquent au nerprun
Des étudiants des polyvalentes Chanoine-Armand-Racicot et Marcel-Landry ont contribué au succès de la deuxième corvée. (Photo : (Photo gracieuseté))

NATURE. Les deux corvées communautaires d’arrachage de nerprun, réalisées au parc naturel des Parulines les 29 septembre et 13 octobre, ont permis de nettoyer plusieurs sections du sous-bois couvrant une superficie approximative de 3500 mètres carrés.

Organisée par la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu et le Centre d’interprétation du milieu écologique du Haut-Richelieu (CIME), la première intervention a réuni une douzaine de citoyens. La seconde corvée a attiré 18 jeunes du Programme d’études internationales des polyvalentes Chanoine-Armand-Racicot et Marcel-Landry ainsi que cinq adultes bénévoles de la dernière corvée.

L’objectif de ces corvées était de contrôler l’étalement du nerprun dans le sous-bois pour éviter qu’il se répande ailleurs dans le parc et qu’il envahisse les espèces indigènes. Une fois le nerprun arraché et disposé sur une bâche, le personnel du Service des travaux publics a transporté et broyé toutes les branches et retailles afin qu’il n’y ait pas de prolifération.

Site naturel

Cet été, l’aménagement d’un sentier multifonctionnel, des aires d’accueil du chemin du Clocher et de la rue Bourret, ainsi que de l’accès de l’allée des Cigales a été réalisé. Des sentiers dotés de panneaux d’interprétation et de signalisation sur environ 1,5 km ainsi que des passerelles dans la section marécageuse du boisé complèteront ces aménagements en 2019. D’ici là, les citoyens sont invités à profiter de ce magnifique site naturel. Les motoneiges et véhicules tous-terrains sont interdits dans le parc.

Le parc naturel des Parulines est situé au nord de la route 219 et à l’est du chemin du Clocher, dans le secteur L’Acadie. Il a été créé à la suite d’acquisitions faites par la Ville dans le cadre de son Plan de conservation des milieux naturels afin de protéger la biodiversité du secteur. Couvrant une superficie de 26,21 hectares, il propose une belle diversité d’habitats : 12 hectares de milieux forestiers, des milieux humides, un étang, un cours d’eau, dix hectares de prairies et deux hectares de nouvelles plantations.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires