Une mine de conseils à portée de main

Photo de Valerie Legault
Par Valerie Legault
Une mine de conseils à portée de main
«Les accidentés vivent dans la peur que leur situation empire. Les beaux jours sont très rares», affirme Mélanie Patenaude, directrice de l'Association pour les droits des accidentés. (Photo : (Photo Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau))

Accompagnement. Des accidentés de la route qui ont tout perdu, il y en a malheureusement trop aux yeux de Mélanie Patenaude. Six ans après être tombée dans cet enfer, elle est aujourd’hui à la tête de l’Association pour les droits des accidentés (ADA), un organisme qui offre tout l’accompagnement nécessaire aux personnes qui, comme elle, ont besoin d’être guidés dans leur rétablissement.

Les automobilistes ignorent bien des choses sur leurs droits et responsabilités après avoir subi un accident de la route. «L’information existe, mais elle n’est pas véhiculée, soutient Mélanie Patenaude. Le but de l’Association est d’informer les gens, de leur offrir du support et de l’accompagnement personnalisé.»

L’explication du cheminement à travers une demande d’indemnisation, l’orientation vers les ressources appropriées et l’aide pour trouver des ressources sont autant de services gratuits offerts par l’ADA. Au besoin, elle réfère les accidentés vers des avocats, leur laissant le soin de s’occuper de l’aspect juridique d’une démarche.

La dépression et la détresse psychologique touchent bien des accidentés de la route à qui on refuse de prolonger la durée des prestations. Quarante ans après sa création, la Société de l’assurance automobile du Québec «est devenue comme une assurance privée», juge Mme Patenaude. «Il y a trois milliards de dollars dans ses coffres. Ce n’est pas normal quand des gens attendent d’être indemnisés», déplore-t-elle.

Vivre dans la peur

Pour avoir longtemps souffert d’idées suicidaires, Mélanie Patenaude peut très bien s’imaginer à quoi ressemble leur quotidien. «Les gens vivent dans la peur que leur situation empire. Les beaux jours sont très rares», affirme-t-elle.

C’est pourquoi l’ADA souhaite bientôt briser leur isolement grâce à des déjeuners-causeries. Pour l’instant, elle répond personnellement à toutes les demandes d’aide, que ce soit par courriel (association.droits.accidentes.@gmail.com) ou par téléphone (514 742-3873).

«Ce sont les accidentés qui me tiennent en vie, avoue-t-elle. Je connais leur malheur et leur souffrance. Ils ont plein de deuils à faire et doivent se reconstruire avec leurs limitations.»

Non lucratif

L’Association pour les droits des accidentés est enregistrée comme organisme à but non lucratif depuis un an. Mélanie Patenaude envisage d’en faire un organisme de charité, ce qui lui permettra de lancer une campagne de financement.

Elle est épaulée par son conseil d’administration composé de Cathy Methot, présidente, Denis Robert, vice-président, et Alexandre Morrissette, secrétaire.

vlegault@canadafrancais.com

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires