L’homme ayant attaqué Salman Rushdie demeurera derrière les barreaux

Carolyn Thompson, The Associated Press
L’homme ayant attaqué Salman Rushdie demeurera derrière les barreaux

MAYVILLE, N.Y. — Un juge a refusé jeudi d’accorder une libération sous caution à l’homme accusé d’avoir tenté de tuer Salman Rushdie au moment où l’écrivain acclamé s’apprêtait à donner une conférence dans l’ouest de New York.

Hadi Matar, âgé de 24 ans, a comparu dans une salle d’audience de l’ouest de New York après qu’un grand jury l’a inculpé pour s’être précipité sur la scène de l’institution Chautauqua et poignardé M. Rushdie à plusieurs reprises devant une foule horrifiée.

Vêtu d’un uniforme de prison noir et blanc, Hadi Matar est resté silencieux pendant l’audience tandis que son avocat a tenté en vain de persuader le juge qu’il devait être libéré en attendant son procès. L’avocat du service public Nathaniel Barone a déclaré que Hadi Matar n’avait pas de casier judiciaire et qu’il ne fuirait pas le pays s’il était libéré.

Me Barone a également demandé au juge d’intervenir pour empêcher les journalistes d’essayer de contacter Hadi Matar à la prison du comté de Chautauqua. L’avocat a déclaré que la prison avait reçu «plusieurs centaines d’appels téléphoniques» de personnes essayant de joindre l’accusé.

Une partie de cette attention médiatique a conduit Hadi Matar à accorder une brève entrevue au «New York Post», dans laquelle il a dit ne pas aimer M. Rushdie et a fait l’éloge du défunt chef suprême de l’Iran, le grand ayatollah Rouhollah Khomeini.

Rouhollah Khomeini a publié un édit en 1989 exigeant la mort de Salman Rushdie pour son roman «Les versets sataniques», que certains musulmans considèrent comme blasphématoire. Une fondation iranienne semi-officielle avait affiché une prime de plus de 3 millions $.

L’avocat de Hadi Matar s’est plaint que la couverture médiatique pourrait potentiellement conduire à un jury partial.

«Il a droit à un procès équitable. Il a droit à une procédure régulière, peu importe ce dont il est accusé», a déclaré Me Barone.

Le juge David Foley n’a pas acquiescé à la demande, mais il a ordonné aux avocats impliqués dans l’affaire de ne pas accorder d’entrevue.

«Pas question de parler aux médias tant que nous n’aurons pas résolu ce problème», a déclaré le juge.

M. Rushdie, âgé de 75 ans, a été blessé grièvement et reçoit des soins dans un hôpital de Pennsylvanie.

Le procureur du comté de Chautauqua, Jason Schmidt, a déclaré lors de l’audience que l’accusé avait poignardé M. Rushdie une douzaine de fois au cou, au ventre, à la poitrine, à la main et à l’œil droit, avant qu’il ne puisse être arrêté par des membres du public.

«Monsieur le juge, il ne se soucie pas de sa propre liberté, et est tellement motivé que sa mission de tuer M. Rushdie est plus grande dans son esprit et l’emporte sur sa propre liberté», a déclaré M. Schmidt.

L’écrivain était assis sur la scène extérieure le 12 août, attendant d’être présenté pour une discussion sur la protection des écrivains en exil et la liberté d’expression lorsque Hadi Matar a sauté sur scène.

Henry Reese, 73 ans, cofondateur de la ville refuge de Pittsburgh, était sur scène avec M. Rushdie et a subi une entaille au front, des ecchymoses et d’autres blessures mineures.

Hadi Matar, qui vivait à Fairview, dans le New Jersey, avec sa mère, est accusé de tentative de meurtre et de voie de fait. Il pourrait passer des dizaines d’années derrière les barreaux s’il est reconnu coupable. Il a plaidé non coupable.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires