Salman Rushdie a recommencé à parler au lendemain d’une violente agression

Carolyn Thompson et Hillel Italie, The Associated Press
Salman Rushdie a recommencé à parler au lendemain d’une violente agression

MAYVILLE, N.Y. — Au lendemain de la violente attaque au couteau dont il a été victime, l’écrivain Salman Rushdie a pu être débranché de son appareil d’assistance respiratoire, samedi, et il aurait pu recommencer à parler. 

L’auteur des «Versets sataniques» est demeuré hospitalisé pour soigner des blessures graves, mais selon un message publié sur Twitter par l’auteur Aatish Taseer, il aurait pu parler et même faire des blagues. Une information confirmée par l’agent de l’écrivain, Andrew Wylie.

Plus tôt samedi, l’homme accusé de l’attaque au couteau perpétré tout juste avant le début d’une conférence dans l’État de New York a plaidé non coupable de tentative de meurtre et d’agression dans ce qu’un procureur a qualifié de crime «planifié».

Un avocat de Hadi Matar a plaidé en son nom lors d’une audience dans l’ouest de New York. Le suspect a comparu devant le tribunal vêtu d’une combinaison rayée noire et blanche et d’un masque blanc, les mains menottées devant lui.

Un juge a ordonné sa détention sans caution après que le procureur de district Jason Schmidt lui a dit que Matar avait pris des mesures pour se mettre délibérément en position de nuire à M. Rushdie, obtenant un laissez-passer à l’avance pour l’événement où l’auteur parlait et arrivant un jour plus tôt avec une fausse carte d’identité.

«Il s’agissait d’une attaque ciblée, non provoquée et planifiée contre M. Rushdie», a déclaré le procureur Schmidt.

Le défenseur des droits des citoyens Nathaniel Barone s’est plaint que les autorités avaient mis trop de temps à amener Matar devant un juge tout en le laissant «accroché à un banc de la caserne de la police d’État».

«Il a ce droit constitutionnel à la présomption d’innocence», a ajouté M. Barone.

Matar, 24 ans, est accusé d’avoir attaqué M. Rushdie vendredi alors que l’auteur était présenté lors d’une conférence à l’Institut Chautauqua, un centre d’éducation et de retraite à but non lucratif.

M. Rushdie, 75 ans, a subi des dommages au foie et a eu des nerfs sectionnés dans un bras et un œil. Il était sous respirateur et incapable de parler, a rapporté son agent Andrew Wylie vendredi soir. M. Rushdie risquait de perdre son œil blessé.

L’attaque a suscité le choc et l’indignation d’une grande partie du monde ainsi que des hommages et des éloges pour l’auteur primé qui, pendant plus de 30 ans, a fait face à des menaces de mort pour «Les versets sataniques».

Réactions mondiales

Des auteurs, des militants et des responsables gouvernementaux ont salué le courage de M. Rushdie pour son plaidoyer de longue date en faveur de la liberté d’expression malgré les risques pour sa propre sécurité. L’écrivain et ami Ian McEwan a qualifié M. Rushdie de «défenseur inspirant des écrivains et journalistes persécutés à travers le monde», et l’acteur et auteur Kal Penn l’a cité comme un modèle «pour toute une génération d’artistes, en particulier pour beaucoup d’entre nous de la diaspora d’Asie du Sud envers qui il a fait preuve d’une chaleur incroyable».

Le président des États-Unis Joe Biden a déclaré samedi dans un communiqué que lui et la première dame Jill Biden étaient «choqués et attristés» par l’attaque.

«Salman Rushdie — avec sa perspicacité dans l’humanité, avec son sens inégalé de l’histoire, avec son refus d’être intimidé ou réduit au silence — représente des idéaux essentiels et universels, indique le communiqué. Vérité. Courage. Résilience. La capacité de partager des idées sans crainte. Ce sont les éléments constitutifs de toute société libre et ouverte. »

Le premier ministre Justin Trudeau a aussi condamné l’agression dont a été victime l’écrivain. 

«L’attaque lâche à l’endroit de Salman Rushdie est un affront à la liberté d’expression sur laquelle notre monde repose. Personne ne devrait être menacé ou blessé en raison de ce qu’il a écrit», a écrit M. Trudeau sur Twitter.

Un parcours ponctué de menaces

M. Rushdie, originaire d’Inde et ayant depuis vécu en Grande-Bretagne et aux États-Unis, est connu pour son style de prose surréaliste et satirique, à commencer par son roman «Les Enfants de minuit», lauréat du Booker Prize en 1981, dans lequel il a vivement critiqué la première ministre indienne de l’époque, Indira Gandhi.

Les Versets sataniques ont suscité des menaces de mort après sa publication en 1988, de nombreux musulmans considérant comme un blasphème une séquence de rêve basée sur la vie du prophète Mahomet, entre autres objections. Le livre de M. Rushdie avait déjà été interdit et brûlé en Inde, au Pakistan et ailleurs avant que le grand ayatollah iranien Ruhollah Khomeini ne publie une fatwa, ou édit, appelant à la mort de M. Rushdie en 1989.

L’ayatollah Khomeiny est mort la même année, mais la fatwa reste en vigueur. L’actuel chef suprême de l’Iran, Ali Khamenei, n’a jamais émis de fatwa pour retirer l’édit, bien que l’Iran ces dernières années ne se soit pas concentré sur l’écrivain.

Les enquêteurs s’efforcent de déterminer si l’agresseur, né une décennie après la publication des «Versets sataniques», a agi seul.

Le procureur de district Schmidt a fait allusion à la fatwa comme un motif potentiel pour plaider contre la liberté sous caution.

«Même si ce tribunal devait fixer une caution d’un million de dollars, nous courons le risque que la caution puisse être respectée», a indiqué M. Schmidt.

Les autorités ont déclaré que Matar est originaire de Fairview, au New Jersey. Il est né aux États-Unis de parents libanais qui ont émigré de Yaroun au sud du Liban, a confirmé le maire du village, Ali Tehfe, à l’Associated Press (AP).

Les drapeaux du groupe militant chiite Hezbollah soutenu par l’Iran et les portraits du chef Hassan Nasrallah, de l’ayatollah Ali Khamenei, de son défunt prédécesseur l’ayatollah Ruhollah Khomeiny et du général iranien tué Ghassem Soleimani sont visibles dans tout le village, qui compte également une petite population chrétienne. .

Les journalistes qui visitaient le village samedi ont été priés de partir. Les porte-parole du Hezbollah n’ont pas répondu aux demandes de renseignements sur Matar et l’attaque.

Le gouvernement théocratique iranien et ses médias d’État n’ont attribué aucun motif à l’attaque. À Téhéran, certains Iraniens interrogés par l’AP ont salué l’attaque contre un auteur qui, selon eux, a terni la foi islamique, tandis que d’autres craignaient que cela n’isole davantage leur pays.

Menaces anciennes

Un journaliste de l’AP a vu l’agresseur poignarder ou frapper Rushdie environ 10 ou 15 fois. Le Dr Martin Haskell, un médecin qui faisait partie de ceux qui se sont précipités pour aider, a décrit les blessures de Rushdie comme «graves, mais récupérables».

Le modérateur de l’événement, Henry Reese, 73 ans, a subi une blessure au visage et a été soigné et est sorti d’un hôpital, selon la police. Lui et Rushdie avaient prévu de discuter des États-Unis comme refuge pour les écrivains et autres artistes en exil.

Certains visiteurs de longue date du centre se sont demandé pourquoi la sécurité n’était pas renforcée compte tenu des menaces contre M. Rushdie et d’une prime de plus de 3 millions $ sur sa tête.

En 1991, un traducteur japonais du livre a été poignardé à mort et un traducteur italien a survécu à une attaque au couteau. En 1993, l’éditeur norvégien du livre a reçu par trois balles et a survécu.

Les menaces de mort et la prime ont conduit M. Rushdie à se cacher dans le cadre d’un programme de protection du gouvernement britannique, qui comprenait un garde armé 24 heures sur 24. M. Rushdie a émergé après neuf ans d’isolement et a prudemment repris plus d’apparitions publiques, maintenant sa critique ouverte de l’extrémisme religieux dans son ensemble.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires