Tournoi des Maîtres: Homa, DeChambeau et Scheffler se partagent la tête à mi-chemin

AUGUSTA, Ga. — Max Homa a joué la plus belle ronde de golf ennuyeuse, malgré des vents furieux et des calamités sans fin vendredi au Tournoi des Maîtres, ce qui lui permet de partager la tête avec Scottie Scheffler et Bryson DeChambeau à l’approche d’un week-end pour les survivants.

Homa a inscrit 15 pars — la sensation qu’ils ont procurée était des plus belles — pour un score de 71, un coup sous la normale.

Scheffler a finalement commis son premier boguey du tournoi, puis quelques autres, mais il a été solide comme un roc dans le dernier droit pour un 72, son plus haut score de l’année.

DeChambeau a joué le 13e trou depuis l’allée du 14e trou, en route vers une carte de 73.

Les trois golfeurs présentent des fiches cumulatives de 138, six coups sous la normale.

Pendant une douzaine d’heures, le vent s’est engouffré dans les pins, a éparpillé des feuilles de magnolia sur l’Augusta National, et a soufflé le sable blanc dans les visages des golfeurs qui tentaient de maîtriser un parcours féroce.

«Ce que j’essayais de faire le plus souvent, c’était d’inscrire plusieurs normales et de rester dans le tournoi», a expliqué Scheffler, une déclaration qui vient prouver à quel point l’exercice était difficile, vendredi.

Les 60 joueurs qui ont franchi le seuil de qualification de 150, six coups au-dessus de la normale, devraient bénéficier d’un léger répit, même si le vent ne manquera pas de souffler. Tiger Woods fera partie de ce week-end.

Woods a établi un record au Tournoi des Maîtres en évitant le couperet pour la 24e fois consécutive. Il a dû jouer 23 trous — cinq le matin pour terminer la première ronde retardée par la météo — puis une deuxième ronde au cours de laquelle il a gardé la balle en jeu et signé une carte de 72, égal à la normale.

Son retard sur les meneurs n’est que de sept coups, et il demeure au plus fort de la lutte.

«Je suis ici. J’ai une chance de gagner le tournoi de golf. J’ai terminé mes deux rondes.»

C’est vraiment tout ce qui importait; finir, survivre.

«On ne pouvait pas être plus heureux de ne pas être sur un terrain de golf», a lancé Homa.

«C’était tellement dur. Nous avons eu droit à une douche de sable pour terminer notre journée. C’était un peu comme si le terrain de golf nous disait : ‘Dégagez d’ici’.»

La moyenne des scores a été de 75,09. Seulement huit golfeurs ont joué sous la normale, et autant ont inscrit des scores de 80 ou plus. Ludvig Aberg a réalisé la meilleure performance de la journée, avec une carte de 69.

«Je n’avais jamais rien vécu de tel auparavant», a affirmé DeChambeau. «Mais quel grand test!»

L’Ontarien Corey Conners est le Canadien le mieux classé, à égalité au 24e rang, avec une fiche combinée de 146, deux coups de mieux que le Britanno-Colombien Adam Hadwin.

Leurs compatriotes Mike Weir et Nick Taylor n’ont pas réussi à se qualifier pour les deux dernières rondes.

Homa a entendu certaines des acclamations les plus fortes, même si elles n’étaient pas pour lui.

Il a passé deux jours avec Woods et a vécu pleinement l’expérience des plus grandes foules, et des spectateurs qui se levaient chaque fois que Woods s’approchait des tertres départs, ou lorsqu’il est arrivé près du 15e vert, qu’il a réussi à atteindre en deux coups.

«Mes souvenirs tourneront autour de Tiger», a déclaré Homa. «J’espère construire mes propres souvenirs ce week-end, mais je pense, heureusement, que j’ai suffisamment bien joué, un coup à la fois, pour ne pas me souvenir d’une grande partie de la ronde, en ce moment. J’ai très bien joué et j’ai essayé de jouer de la manière la plus ennuyeuse possible.

«Je pense que la vue de ce magnifique terrain de golf avec la mer de fans restera gravée dans mon cerveau pendant un certain temps.»