Ukraine: la Russie pourrait prendre une pause

Maria Grazia Murru et Oleksandr Stashevsky, La Presse Canadienne
Ukraine: la Russie pourrait prendre une pause

KYIV, Ukraine — Des analystes étrangers croient que la Russie pourrait temporairement atténuer son offensive en Ukraine, alors que l’armée russe tente de rassembler ses forces pour un nouvel assaut.

Mercredi, les forces russes n’ont fait aucun gain territorial revendiqué ou évalué en Ukraine «pour la première fois en 133 jours de guerre», selon l’Institut pour l’étude de la guerre. Le groupe de réflexion basé à Washington a suggéré que Moscou pourrait prendre une «pause opérationnelle», mais que cela n’implique pas «la cessation complète des hostilités actives».

«Les forces russes se limiteront probablement à des actions offensives à relativement petite échelle alors qu’elles tentent de créer des conditions pour des opérations offensives plus importantes et de reconstruire la puissance de combat nécessaire pour tenter ces entreprises plus ambitieuses», a analysé l’Institut.

Une déclaration jeudi du ministère russe de la Défense semble confirmer cette évaluation. Il a indiqué que les unités militaires russes impliquées dans les combats en Ukraine avaient eu le temps de se reposer.

«Les unités qui ont effectué des missions de combat au cours de l’opération militaire spéciale prennent des mesures pour recouvrer leurs capacités de combat. Les militaires ont la possibilité de se reposer, de recevoir des lettres et des colis de chez eux», lit-on dans le communiqué, cité par l’agence de presse russe Tass.

Les bombardements se sont poursuivis dans l’est de l’Ukraine, où au moins neuf civils ont été tués et six blessés en 24 heures, ont indiqué des responsables ukrainiens.

Le bureau présidentiel ukrainien a révélé dans sa mise à jour de jeudi matin que des villes et des villages de sept régions ukrainiennes avaient été bombardés au cours de la dernière journée. La plupart des décès de civils sont survenus dans la province de Donetsk, où les combats se poursuivent. Sept civils y ont été tués, dont un enfant, a indiqué le bureau présidentiel.

Dix villes et villages ont été bombardés à Donetsk et 35 bâtiments ont été détruits, dont une école, un collège professionnel et un hôpital, ont indiqué des responsables.

Donetsk fait partie du Donbass, une région industrielle majoritairement russophone où se concentrent les soldats ukrainiens les plus expérimentés. Les séparatistes pro-russes ont combattu les forces ukrainiennes et contrôlé une grande partie du Donbass pendant huit ans. Le président russe Vladimir Poutine y a reconnu l’indépendance de deux républiques autoproclamées tout juste avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine le 24 février.

M. Poutine a revendiqué lundi la victoire à Lougansk, l’autre province constituant le Donbass, après le retrait des forces ukrainiennes de la dernière ville qu’elles contrôlaient là-bas. Le gouverneur de Lougansk, Serhiy Haidai, a nié mercredi que les Russes aient complètement capturé la province.

À Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine, un pensionnat a été touché, mais personne n’a été blessé. La région de Kharkiv, située le long de la frontière avec la Russie, est bombardée quotidiennement et deux civils y ont été tués au cours des dernières 24 heures.

L’armée ukrainienne a déclaré jeudi que les forces russes avaient également effectué des bombardements et des frappes d’hélicoptères dans la région de Soumy, dans le nord-est.

Alors même que les combats se poursuivaient, le ministère britannique de la Défense indiquait qu’il pensait que l’armée russe «reconstituait» ses forces. Une évaluation du ministère des renseignements publiée jeudi a indiqué que les bombardements intensifs le long de la ligne de front à Donetsk sont probablement destinés à garantir les gains russes antérieurs.

De nouvelles hostilités ont été signalées en mer Noire, où l’armée ukrainienne a annoncé jeudi qu’un drapeau ukrainien avait été planté sur une île stratégique dont les troupes russes se sont retirées le mois dernier.

Le commandement opérationnel sud de l’Ukraine a déclaré dans un communiqué que les unités militaires ukrainiennes avaient nettoyé l’île aux Serpents, un avant-poste au large de la côte sud-ouest de l’Ukraine, vital pour garantir les voies maritimes qui partent du port clé d’Odessa. Le groupe de commandement a également déclaré que l’armée ukrainienne avait détruit une trentaine de pièces d’équipement militaire russe, décrivant la découverte de «munitions abandonnées et de vastes ruines».

Les troupes russes se sont retirées de l’île le 30 juin dans ce que le ministère russe de la Défense a qualifié de «geste de bonne volonté». Mais le ministère a déclaré jeudi qu’un avion des forces aérospatiales russes avait lancé une frappe de missiles sur l’île alors que les forces ukrainiennes tentaient de planter le drapeau.

L’Ukraine a également déclaré que la Russie avait tiré deux missiles visant un pétrolier battant pavillon moldave dans la mer Noire, l’incendiant.

Le commandement militaire du sud de l’Ukraine a ajouté que la frappe avait touché le Millennial Spirit, qui transportait plus de 500 tonnes de carburant diesel à bord. L’Ukraine affirme qu’un missile a touché le navire, tandis que l’autre a raté la cible. Les images des médias sociaux montraient de la fumée s’élevant au large d’Odessa jeudi matin.

Le navire est sans équipage et dérive en mer depuis le début de la guerre en février. La Russie n’a pas immédiatement reconnu la frappe sur le navire. Les dispositifs de repérage du navire sont en panne depuis son abandon par son équipage.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires