La tempête Ian se transforme en ouragan et se dirige vers Cuba et la Floride

Cristiana Mesquita, The Associated Press
La tempête Ian se transforme en ouragan et se dirige vers Cuba et la Floride

LA HAVANE — L’ouragan Ian s’est approché tôt lundi des îles Caïmans et de l’ouest de Cuba, et il pourrait frapper la Floride au cours des prochains jours.

Les météorologues prévoient qu’Ian prendra rapidement de la force et qu’il se sera transformé en puissant ouragan avant d’arriver à Cuba au cours des prochaines heures. Il pourrait ensuite prendre encore plus de force et passer à la catégorie 4, et générer des vents de 225 kilomètres/heure, en survolant les eaux chaudes du golfe du Mexique, avant de frapper la côte centre-ouest de la Floride mercredi.

Les dirigeants cubains ont suspendu les classes dans la province de Pinar del Rio et planifiaient lundi des évacuations, alors qu’Ian s’intensifiait en s’approchant de Grand Caïman et des provinces cubaines d’Isla de Juventud, de Pinar del Rio et d’Artemisa. Cuba a aussi suspendu le trafic ferroviaire avant les pires intempéries.

Le Centre national des ouragans des États-Unis, à Miami, a prévenu que Cuba doit s’attendre à «des vents extrêmes ayant la force d’un ouragan, à des ondes de tempête potentiellement mortelles et à des pluies diluviennes».

Ian ne devrait toutefois pas passer trop de temps au-dessus de l’ouest de l’île, a-t-on ajouté.

En fin d’avant-midi lundi, Ian glissait vers le nord-est à 20 kilomètres/heure. L’ouragan se trouvait à environ 385 kilomètres au sud-est de la pointe ouest de Cuba, et ses vents soutenus s’étaient intensifiés à 130 kilomètres/heure.

Le premier ministre des îles Caïman, Wayne Panton, a indiqué dans une vidéo mise en ligne dimanche que son gouvernement et l’opposition collaborent pour assurer la sécurité de la population. Du contreplaqué et des sacs de sable sont distribués pour affronter la tempête, a-t-il ajouté.

Après avoir survolé Cuba, a dit le Centre national des ouragans des États-Unis, Ian ralentira et emmagasinera de la puissance dans le sud-est du golfe du Mexique mardi. Le vent et une onde de tempête menaceront alors la côte ouest de la Floride.

Une onde de tempête de 3 mètres et jusqu’à 25 centimètres de pluie, voire une quarantaine de centimètres par endroit, sont prédits dans la région de Tampa Bay, ce qui représente un risque d’inondation pour les communautés plus basses.

À Tampa, des résidents ont fait la file pendant plusieurs heures pour mettre la main sur des sacs de sable et pour vider les étalages des supermarchés. L’eau embouteillée, les génératrices et les scies à chaîne étaient particulièrement populaires.

Une veille d’ouragan était en vigueur le long de la côte centre-ouest de la Floride. Le comté de Hillsborough a suspendu les classes jusqu’à jeudi pour que les écoles puissent accueillir les sinistrés. Des évacuations ont commencé lundi après-midi.

Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a déclaré l’état d’urgence et exhorté les habitants à se préparer à la tempête qui pourrait frapper l’État avec de fortes pluies, des vents violents et une mer montante.

M. DeSantis a annoncé la mobilisation de 5000 membres de la Garde nationale; quelque 2000 autres sont disponibles dans les États voisins.

Des inondations éclairs et urbaines sont possibles dans la région des Keys et dans la péninsule floridienne jusqu’au milieu de la semaine. Des pluies abondantes pourraient ensuite tomber sur le nord de la Floride, la région de la Panhandle et le sud-est des États-Unis plus tard cette semaine.

Le président Joe Biden a déclaré une urgence et autorisé le département de la Sécurité intérieure et la Federal Emergency Management Agency à intervenir pour protéger la vie et la propriété.

Si les prédictions de lundi se concrétisent, les villes de Tampa et de St. Petersburg pourraient être frappées par un ouragan important pour la première fois depuis 1921.

Le shérif du comté de Pinellas, qui englobe St. Petersburg, a dit que des évacuations «obligatoires» commenceront mardi, mais que personne ne sera forcé de quitter contre son gré.

«Ça veut dire que nous ne viendrons pas vous aider. Si vous ne partez pas, vous allez devoir vous débrouiller», a prévenu Bob Gualtieri.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires